Comment on a trouvé notre appart' à Québec avant de partir

Ça y est, on part à Québec !! À nous les poutines, la neige en hiver, le château de Frontenac, la vue sur le Saint Laurent, et tout, et tout !! Mais avant, un défi de taille est à relever: trouver un logement ! 


Le stress de la recherche de logement en ville

 En tant que citadin d'une grande agglomération française sur un marché de l'immobilier hyper tendu, et puisqu'on recherche une petite surface, on se prépare déjà au pire: devoir être hyper réactif et patient...et:

vision horreur
  • Monter un dossier administratif de malade (qui comporte plus de justificatifs qu'un dossier de prêt immobilier)

  • Trouver une caution (au Canada 😳 ? )

  • Se lever tous les matins en alerte avec l'oeil du tigre, en scrutant les nouvelles annonces immobilières et en sautant sur tout ce qui bouge,

  • S'accrocher au téléphone comme un bitt-bull sur un os pour être sûr de bloquer les horaires de visites et être les premiers sur les lieux

  • Visiter les appartements avec une pile de documents sous le bras pour dégainer aussi sec un dossier de location complet

  • Poser des cierges en priant que l'agence immobilière nous sélectionne

  • Essuyer un refus de l'agence immobilière, et refaire tout ce cirque 5 à 15 fois avant de trouver une âme charitable qui acceptera de nous donner les clés, après nous avoir délesté d'un mois de caution, des frais d'agence et d'un mois de loyer d'avance.


Sans logement, la recherche est urgente:  on sait qu'on a une chance sur deux de finir par accepter un logements pas terrible ou trop cher, faute de claquer des sommes exorbitantes dans un logement temporaire hors de prix. (c'est du vécu, en France en tout cas)

Et là, concrètement, comment faire quand on est de l'autre côté de l'Atlantique, et qu'on va arriver (en plus) sans contrat de travail ? Doit-on trouver un logement avant de partir sans le visiter, ou après, quitte à prendre le risque de payer un garde meuble en plus d'une location temporaire meublée?

Angoisse, angoisse...😨


C'est cool, zen, tranquillou pépère en fait !

En ce qui nous concerne, ça a été d'une facilité déconcertante en fait ! Si, si !! Je vous assure !

On a opté pour la solution de la recherche à distance, afin d'obtenir un bail avant notre arrivée. Le risque est de se fier aux photos des annonces, et d'être déçus à l'arrivée. Certes. Mais quand on fait le calcul, on se dit que ce sera toujours moins cher de re-déménager une fois sur place après quelques mois.

 Globalement, les appartements proposés sont en excellent état (à Québec City… pas à Montréal, hein). Grosse surprise, le marché de l'immobilier est moins tendu qu'en France, ce qui permet au locataire de choisir ! On s'est même retrouvé à faire les ''fines bouches'' et à sélectionner celui qui nous plaisait le plus en fait! (Quand on sait comment on a obtenu notre appartement en France, ça paraît complètement dingue)

On demandait des infos complémentaires sur un appartement, et on se retrouvait avec un mail qui comportait les infos en question, et le bail directement !! Résultat des courses: on a tout fait par mail sans aucun problème.


Opération appartement bouclée en 24h00 !! Bail signé en 48h00. (Si, si, j'vous jure !!)

dog

 

Les pièces justificatives demandées ont été:

  • copie des passeports

  • copie du justificatif du document d'immigration

  • virement du premier loyer

Pas de caution, pas de frais d'agence, pas de loyer doublé, et PAS de taxe d'habitation.

ET C'EST TOUT !!! ✌️


comment on a trouvé rapidement et de manière sécurisée

www.kijiji.ca

www.kijiji.ca

Kijiji : le bon coin québécois

  • Localiser, budgéter et trouver

On est passé par le site kijiji.ca. C'est l'équivalent du ''bon coin'' français et c'est le site leader en matière de recherche de logement notamment. 

Pour localiser les adresses, on est passé par google map.

Côté pratique de google map: localiser aussi les arrêts de bus et les écoles. Pour les transports, vous pouvez aussi consulter le site de RTC. (Réseau des Transports en Commun de Québec)

 

 

  • Comment éviter les arnaques et sécuriser la transaction

On a ensuite trouvé des biens immobiliers gérés par des agences, qu'on a contacté directement par téléphone. Nous avons volontairement proscrit les contacts directs avec les propriétaires, et les agences qui ne nous semblaient pas sérieuses, puisque nous avons dû tout faire à distance.

Nous avons vérifié les références des agences en consultant leur site internet et leurs propres annonces.

  • nombres et qualité des annonces,

  • vérification du numéro de téléphone sur l'annuaire,

  • de l'adresse sur google,

  • on a privilégié les agences présentes depuis de nombreuses années, et celles qui détenaient un parc immobilier conséquent,

  • et on les a appelé directement.

Ce ne sont pas les logements les moins chers, c'est clair. Mais au moins, c'est le gage d'une transaction sécurisée et d'un logement propre.

Donc peu de chance d'être déçu au final.

  • On a demandé un maximum de photos, AVEC les plans des appartements

Prises sous des angles différents et avec le plan on a pu voir comment placer nos meubles et on a évité les appartements peu fonctionnels.

  • On a bien insisté sur la nécessité de trouver un logement bien isolé… du froid mais surtout du bruit !!

On a souvent constaté que les locataires se plaignent souvent du bruit de leurs voisins au Québec.


Pour en savoir plus…


A lire aussi: les derniers posts