Episode 4: L'arrivée triomphale de la statue de la Liberté à New York



Après 25 jours de mer, l'arrivée de la statue de la Liberté à bord de la frégate militaire "l'isère" restera gravée dans l'histoire de la ville de New York comme "un jour magnifique". Un moment historique et mémorable au couleurs des drapeaux de deux nations: Les Etats Unis et la France.


17 juin 1885: la foule en délire !

L'Isère arriva à New-York le matin du 17 juin 1885, acclamée par une énorme foule. "Ce jour magnifique, les foules enthousiastes, la belle exposition du drapeau tricolore, des étoiles et des rayures ont donné un spectacle qui restera longtemps dans l'histoire de New York et des États-Unis." (traduit de: www.scientificamerican.com)

"Le temps était tellement brumeux qu'elle ne fût reconnue qu'après avoir franchi la barre, quand elle donna son signal, la bonne nouvelle que l'Isère était arrivée fut immédiatement télégraphiée à la ville." (traduit de: www.scientificamerican.com)

Arrivée de l'Isère - 1885 - source: nps.gov

De plus en plus de navires se sont joints au convoi, à son approche. Finalement c'est un ensemble de 90 bateaux, toutes tailles confondues, qui entrèrent au port de New-York sous une salve d'artillerie destinée à souhaiter une bonne arrivée à l'Isère. 

Arrivée de l'Isère - 1885 - source: nps.gov

A cause de la brume, l'Isère a dû d'abord jeter l'ancre dans le Horseshoe, au large de Sandy Hook, à environ 10 km de la côte de Manhattan.


  • Récit de cette journée extraordinaire et du jour suivant (traduit de www.scientificamerica.com)

New York - arrival of the French transport steamer Isere with the Bartholdi statue on board, at the base of the pedestal, Bedloe's Island, Friday, June 19th - the salute of welcome by the fleet"- Librairy of Congres

Le général Stone, sous la direction duquel est construit le piédestal sur l'île Bedloes, se rendait aux travaux quand la nouvelle arriva. Il a immédiatement télégraphié un accueil enthousiaste au capitaine De Saune, commandant de l'Isère, et s'est préparé à visiter le navire. Il était accompagné du président Sanger, du conseil d'Aldermen, et de Louis de Bebian, l'agent de la ligne française des steamers. Le vaisseau "William Fletcher" s'est placé en bas de la baie, et était bientôt à côté de l'Isère.

Dirigés par le général Stone, ils embarquèrent et reçurent un accueil cordial du capitaine De Saune. L'Isère, un navire 1.000 tonnes, avait rencontré une mer lourde et le mauvais temps pendant la première partie de son voyage. En comptant les deux jours passés à charbonner à Fayal, aux Açores, elle avait passé 27 jours à faire le passage. Le Capitaine De Saune a présenté au Général Stone le transfert officiel de la statue du Comité français à l'Américain. Il est magnifiquement absorbé sur parchemin et porte le sceau de la République française. Il est décoré d'une image de la statue et du piédestal; et, très justement, avec les chefs de Washington et Lafayette.

Plus tard dans la journée, le capitaine Selfridge, du navire de guerre américain Omaha, délégua un lieutenant pour présenter ses compliments au commandant français et suggéra que Gravesend Bay offrirait un mouillage plus sûr. L'Isère a donc changé de position pendant l'après-midi. L'amiral Lacombe, avec le vaisseau amiral français La Flore, qui attendait à Newport, rejoint l'Isère le lendemain matin.

Au cours de la journée suivante, de nombreuses visites informelles ont été faites aux officiers français des deux navires, le commandant Chandler et son personnel du Brooklyn Yard Navy faisant partie du nombre. L'accueil officiel n'a pas eu lieu avant le 19. Le comité d'accueil, composé du maire, des échevins, du comité américain et du comité de la Chambre des Finances, à bord du nouveau traversier Atlantic, quitta le quai à neuf heures et descendit le port jusqu'à la baie de Gravesend. Ils ont été reçus à bord de l'Isère par le capitaine De Sauhe, à qui ils ont délivré leur message de bienvenue et offert l'hospitalité de la ville.

Le Comité retourna ensuite à son propre bateau et prit place dans le cortège naval. C'était le Commodore Chandler qui était à la tête du vaisseau amiral Dispatch. Il a été suivi par le Powhatan et l'Omaha. Le vaisseau amiral français La Flore est venu ensuite, tonnant un salut continu en réponse aux forts environnants. Immédiatement dans ses derrières vint l'objet de toute cette démonstration, l'Isère et son précieux fardeau.

L'Atlantique et une nombreuse suite d'embarcations gaiement décorées complétèrent la procession. A l'île Bedloes, les officiers français et le comité du piédestal débarquèrent et inspectèrent le travail, tandis que la Marseillaise et la Hail Columbia furent données par les sociétés chorales françaises.

Une réception a ensuite été offerte aux autorités françaises à l'Hôtel de Ville, suivie d'un banquet à la Chambre du Conseil d'Aldermen. La statue est emballée dans la cale de l'Isère en morceaux de poids allant de 150 livres à 4 tonnes, chaque pièce étant protégée dans un caisson en bois. Ils seront stockés dans un bâtiment érigé à cet effet sur l'île de Bedloes, où ils seront à l'abri des visiteurs trop curieux.

Le jour magnifique, les foules enthousiastes, et la belle exposition du drapeau tricolore et des étoiles et des rayures ont fait un spectacle qui restera longtemps dans l'histoire de New York et des États-Unis. (traduit de www.scientificamerica.com)


24 juin: la réception en grandes pompes

Un banquet (énorme...) fût offert par la chambre de commerce de New York au "Delmonico's", célèbre restaurant de l'époque. (Ce qui est génial dans les archives françaises, c'est que les menus des grandes occasions sont conservés !... ). ((source des photos ICI )

(Pour le détail des menus, cliquez dessus ! :)...On retrouve même la photo du restaurant !)

(source de la photo ICI)


30 juin: "rebelotte"…, nouveau repas a bord du vaisseau "La flore"

La frégate militaire "Flore" est le second vaisseau français engagé dans l'aventure. Il avait été chargé d'escorter la frégate "Isère" sur le trajet France - New York. La "Flore" était un vaisseau lourdement armé.

(source de la photo ICI)


Puisque toutes les bonnes choses ont une fin, après la fête, il faut finir le travail ... et le chantier reste de taille ! Comment ériger une statue de 46 mètre de haut, sur un piédestal de la même hauteur, sans échafaudage, à 2km de la terre ferme ? voici un nouveau défi à relever ... 

Découvrez comment la statue de la Liberté a été montée sur l'ile de Bedloe

La suite dans l'épisode 5: Le montage final de la statue de la Liberté


histoire d'un chantier extraordinaire



A lire aussi: les derniers posts